GAJOCICLO

- l'Amérique du Sud à monocycle -

 

Nous voici toujours au nord de l’argentine, nous nous rapprochons des cotes boliviennes. Nous sommes donc à Salta pour participer à une convention de jonglerie. L’idée, en plus d’envoyer de la balle et de la massue durant 3 jours, est de rencontrer du monde et des bonnes adresses pour la suite du voyage. Pas beaucoup de participants pour cette convention. Nous devions etre une centaine, mais la crème de la crème et de l’énergie à revendre. Clowns, jongleurs, artistes, monocyclistes et acrobates au RDV. Le dimanche matin est plutôt calme, tout le monde range son campement fait son sac et se prépare à prendre un bus pour rejoindre le centre de Salta pour le grand Gala. Le bus arrive, une centaine de jongleurs, clowns, musiciens et deux gros monocycles equipés pour le voyage s’y entassent tant bien que mal pour 40 minutes de voyage dans une ambiance qui rappelle les navettes du festival d’art de rue d’Aurillac pour ceux qui connaissent...Nous arrivons donc dans un amphithéâtre extérieur dans le centre de Salta pour deux heures de show. Le gala ce termine, accolades chaleureuses pour les aux revoirs et chacun continue sa route. Nous filons dormir dans un hostel gratuit avec Adrian et Jonas des amis du sud de l’Argentine rencontrés plus tôt dans le voyage.

Nous sommes donc le 3 mai, c’est le jour de ‘anniversaire de Jo, nous en profitons pour nous faire un bon resto avec bien évidemment du bon vin Argentin. Toujours en compagnie des argentins nous partons pour San Lorenzo, petite bourgade au nord Salta au pied des montagnes. Après une bonne randonnée et un bon repas nous trouvons une maison abandonnée qui fera l’affaire pour la nuit.

DSCF2526DSCF2549

Le lendemain direction La Caldera pour un intervention dans une école. Jonas et Adrian (clowns et musiciens) se joignent à nous pour la présentation qui ravira tous les enfants. Intervention ecole La Caldera

DSCF2583

 

Après une nuit en bordure d’une rivière, nous nous séparons de nos compères qui partent rejoindre le nord en stop. Nous enfourchons nos monocycles pour une petite avancée vers un barrage à 5 km ou nous passerons la nuit.

Grande journée ! Nous décidons de rejoindre la ville de “El Carmen” en deux jours car il y a 37 kms de routes montagneuses. Nous partons donc frais et pimpants en espérant trouver un lieu ou acheter à manger et à boire. C’est parti.. le soleil cogne, la route est pour l'instant plutôt plate, c’est agréable de rouler. Nous contournons tout d’abord le lac du barrage et rencontrons un petit pépé machant des feuilles de coca qui vend un peu de biscuits et du pâté... banco le repas de la journée est fait, nous avons assez de forces pour terminer nos 15 kms de la journée. C’est parti pour les premières montées et premiers virages en épingle. Les paysages sont de plus en plus verdoyants et vallonnés. On enchaîne sur de belles et longues descentes en pleine jungle.

DSCF2006

Un vrai bonheur avec la vitesse enclenchée on avoisine les 120 km/h. 37 kms en pleine montagne quand il y a de longues descentes …. c’est jouable. Cette rando va se faire dans la journée. Passer en monocycle au milieu d’un troupeau de vaches dans les montagnes, ça a du bon…

30

Les cuisses commencent a chauffer, un besoin de se repositionner sur la selle toutes les 30 secondes pointe son nez, la nuit commence à tomber…nous entamons 6 ou 7 km de montée, cela nous achève.
Nous demandons à une petite dame dans les montagnes si nous sommes loin de la ville. On y est presque. Ouaaaaa ! Derniers efforts avant d’arriver, on donne tout ce qu’il nous reste sur la fin. 40 kms de monos avec deux paquets de biscuits dans le ventre c’est osé mais rock’n roll !

Enfin arrivés au camping, série d'étirements et douche obligatoires. On s'achète une bonne grosse pièce de boeuf et nous faisons un bon barbecue. Nous sommes arrivés à “el Carmen”.

Carte intéractive Gajociclo l'amérique du sud à monocycle

Montant: